Livres Couvertures de Une vie bouleversée, suivi de lettres de Westerbork : Journal 1941-1943

Une vie bouleversée, suivi de lettres de Westerbork : Journal 1941-1943 par Etty Hillesum

4.6 étoiles sur 5 de 58 Commentaires client

Une vie bouleversée, suivi de lettres de Westerbork : Journal 1941-1943 par Etty Hillesum - Une vie bouleversée, suivi de lettres de Westerbork : Journal 1941-1943 est le grand livre que vous voulez. Ce beau livre est créé par Etty Hillesum. En fait, le livre a 408 pages. The Une vie bouleversée, suivi de lettres de Westerbork : Journal 1941-1943 est libéré par la fabrication de Seuil. Vous pouvez consulter en ligne avec Une vie bouleversée, suivi de lettres de Westerbork : Journal 1941-1943 étape facile. Toutefois, si vous désirez garder pour ordinateur portable, vous pouvez Une vie bouleversée, suivi de lettres de Westerbork : Journal 1941-1943 sauver maintenant.. Si vous avez décidé de trouver ou lire ce livre, ci-dessous sont des informations sur le détail de Une vie bouleversée, suivi de lettres de Westerbork : Journal 1941-1943 pour votre référence.

Télécharger Livres En Ligne
Le Titre Du Livre:Une vie bouleversée, suivi de lettres de Westerbork : Journal 1941-1943
Auteur:Etty Hillesum
Langue: English
ISBN-10:2020246287
Nombre de pages:408 pages
Livres Format:E-Book, Hardcover, Kindle
Editeur:Seuil
Genre:Boutiques
Nom de fichier:une-vie-bouleversée-suivi-de-lettres-de-westerbork-journal-1941-1943.pdf (Vitesse du serveur 23.49 Mbps)
La taille du fichier:27.7

Éditions Seuil "Points", traduit du néerlandais par Philippe Noble. Hollande 1941. L'armée allemande occupe le pays. Les persécutions antisémites s'intensifient. Etty Hillesum, une jeune femme juive, tient un journal et y relate son cheminement intérieur, tandis que l'étau de l'oppression se referme sur elle et ceux qui l'entourent. Pour elle, il est possible d'être profondément heureux en faisant le choix de la vie dans un monde en proie à la haine et à la souffrance. Etty aime la vie mais regarde la mort en face. « La vie est grande, bonne, passionnante, éternelle, et à s'accorder tant d'importance à soi même, à s'agiter et à se débattre, on passe à côté de ce grand, de ce puissant et éternel courant qu'est la vie » affirme t-elle. La rencontre avec Julius Spier (1887-1942), un « psycho-chirologue », va être le point de départ d'un travail d'introspection qu'Etty mettra par écrit entre 1941 et 1942. Ce voyage navigue entre doutes et certitudes, tension et paix et son obstination à voir clair en elle. Un chemin qui conduit peut-être à la vraie liberté. « Il faut aussi accepter de passer par des moments où l'on est incapable d'être créatif. Plus on l'accepte sincèrement, plus ces moments passent vite. [...] Soyez simple et vivez simplement. Ne faites pas de vagues, n'essayez pas d'être intéressant, gardez vos distances, soyez honnête, combattez l'envie d'être bien vu des autres. » Les menaces extérieures s'aggravent, la terreur grandit de jour en jour et elle garde un formidable appétit de vivre, de nombreux projets dont celui d'écrire.« Si j'écris un jour je voudrais tracer aussi quelques mots au pinceau sur un grand fond de silence. » Cette méditation personnelle se poursuit dans la seconde partie de ce livre, consacrée aux lettres de Westerbrok. Ce camp de réfugiés dépendait du gouvernement néerlandais.. En juillet 1942, il passe sous le commandant allemand et devient un camp de transit.Etty Hillesum est juive. Elle commence un journal en 1941, sa seule publication à ce jour. À 27 ans, sa foi en la vie, en l'homme et en l'art étonnent, d'autant que la guerre et ses mesures antisémites sévissent. Mais à peine en fait-elle part dans son journal qu'elle emploie plutôt à se dire, à comprendre sa relation au monde, aux autres et à Spier, l'homme qu'elle aime, également psychanalyste et disciple de Jung. Alors que l'humanité s'avilit, la voix de la jeune Néerlandaise s'élève comme une incantation, d'une pureté sans fard et sans naïveté. En 1943, sa famille est déportée à Westerbork. Avant même d'être appelée, elle la rejoint, accomplissant le voeu qui clôture son journal : "On voudrait être un baume versé sur tant de plaies." Les lettres qu'elle y écrit, réunies dans la seconde partie de ce volume, sont éblouissantes de foi et de lucidité mêlées. Sa liberté intérieure sonne, étrange et belle, dans les camps, jusqu'en ce 7 septembre 1943 qui l'emporte à Auschwitz. Et l'on se remet mal de son silence. --Laure Anciel

Livres Revue

A Etty - Cette Etty Hillesum est porteuse d'un amour de la vie si extra-ordinaire que mme les camps de concentration n'ébranleront pas sa certitude que l'homme est bon, que la vie est splendide. Au contraire, la vie au camp vient comme renforcer cette joie libre et souveraine qu'elle a au fond du coeur. Etty est un exemple de courage inclassable. Il tient chaud au coeur, c'est bon de l'avoir auprès de soi pour mieux savoir goûter à la vie, accepter, accueillir ses joies comme ses plus grandes souffrances.

Merci à Philippe Noble - Merci à Ph. Noble pour sa merveilleuse traduction. Ce journal d'Etty est une perle de lucidité, d'humour et une leçon de vie.

Une vie bouleversée par une découverte essentielle, sans laquelle l'tre que nous sommes demeure incomplet et inachevé. - Le journal d'etta est la méditation d'une jeune femme qui fait peu à peu la clarté en elle et sur le monde. C'est un éveil qu'elle vit, à cela qui simultanément la fonde en son identité personnelle et fonde le monde, avec toutes les présences qu'il contient. Une lumière qui vient d'au-dedans d'elle-mme, du fond commun à tous les tres, humains ou non, animés ou inanimés, éclaire et illumine peu à peu toute son existence jusqu'à ce que, devenue une avec elle, Etty s'en fasse le témoin auprès de ses semblables qui, pour la plupart d'entre eux, ignore tout de Dieu : un Dieu Amour et Vérité, pure Lumière sans aucun dogme ni aucune croyance qui La limiterait et La défigurerait. Etty rejoint ainsi la lignée des grands sages et des authentiques mystiques, par une v(o)ie toute personnelle, inimitable donc mais très éclairante...